De nous il ne reste plus personne

Photographe
Valérian Mazataud

Lieu d’exposition
Espace Atrium
150, rue Racine Est, Chicoutimi
418-543-3357

Horaire
Jeudi et vendredi de 12 h à 20 h
Samedi et dimanche de 10 h à 16 h

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, la Jordanie accueille aujourd’hui environ le quart des deux millions de réfugiés syriens. Une grande partie est hébergée dans les camps de réfugiés de Zaatari ou de Ramtha à une dizaine de kilomètres de la frontière, mais plus de la moitié vivent dans les villes du nord du pays.

Ce projet s’attache à traduire la mémoire et la perte des réfugiés syriens dans le nord de la Jordanie. Mémoires et souvenirs des temps meilleurs et des atrocités, mémoires de la vie d’avant, mémoire des objets que l’on a pu sauver dans les décombres, traumatisme des événements vus et subis. Perte physique, émotionnelle, sentimentale.

Au commencement de mon projet, il y a une question toute simple : « Qu’avez-vous gardé de votre vie d’avant ? » Parfois, un objet, tantôt un geste, un souvenir.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

X