Voyons …

Photographe
Alexandra Boulat

Lieu d’exposition
La Pulperie de Chicoutimi/Musée régional
300, rue Dubuc, Chicoutimi
418 698-3100, poste 1300

Horaire
7 jours sur 7 de 10 h à 18 h

À 45 ans, Alex se demandait encore : « Qu’est-ce qu’on fera quand on sera grande ? » Grande, même si elle persistait à l’ignorer, Alex l’était déjà, du moins dans notre monde, celui des brutes aux coeurs tendres prêtes à tout pour l’image juste, au bon moment. Elle était infiniment plus douée pour cela que pour les longs discours et les petits bavardages. La terre pouvait s’écrouler, tout ce qui importait à Alex, c’était d’être là. Une semaine de temps en temps, elle regrettait de ne pas avoir mené une vie de femme « normale ». Jusqu’à ce que tombe la commande d’un journal, Time, Newsweek, National Geographic, le Figaro ou Paris Match, auquel son père, Pierre, photographe au talent immense, avait collaboré avant elle. À l’heure du départ, les couvercles de deux valises noires se refermaient sur ses appareils, câbles et moyens de transmission, rangés selon un ordre impeccable.

De Sarajevo à Kaboul, de Bagdad à Gaza, par tous les temps, les balles pouvaient siffler, l’eau et la nourriture manquer, le siège durer, rien ne la détournait de son objectif. Pour l’avoir vue traverser avec son port de tête impérial tant de champs de bataille, il nous avait échappé qu’elle était mortelle. Le 5 octobre 2007, après trois mois de coma, Alex nous a quittés des suites d’une rupture d’anévrisme.

Cette exposition rassemble ces photos laissées comme des traces, sélectionnées une à une par ses proches. Elles racontent de manière implacable la vie des autres, mais parlent aussi de ce que sera toujours Alexandra pour eux. « Voyons, voyons… », comme elle disait toujours. Et puis « passons… », comme elle l’aurait souhaité.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

X