Une nation oubliée des dieux

Photographe
Benedicte kurzen

Lieu d’exposition
Hangar de la zone portuaire de Chicoutimi
49, rue Lafontaine, Chicoutimi
418 698-3025

Horaire
Jeudi et vendredi de 12 h à 20 h
Samedi et dimanche de 10 h à 16 h

Ce rapport, conçu en plus d’un an, est une tentative visant à examiner les symptômes d’une violence sectaire, à travers la lumière laiteuse et crue du nord du Nigéria. Suite aux élections présidentielles d’avril 2011, la vague de tension politique a cristallisé la frustration d’une population lasse, abusée par des politiciens ultra-corrompus. Il y eut plus de huit cent morts en seulement quelques jours. Le conflit ethno-religieux en cours au centre du Nigéria a pris l’allure d’une autre ligne de front de guerre religieuse, accentuée par les attentats du 11 septembre. Dernièrement, le feu s’est étendu plus profondément au Nord. Au total, les attaques perpétrées par les salafistes ont fait plus de mille victimes depuis 2009. Boko Haram a fait du Nigéria un état de terreur et le pays, autrefois unifié sous la loi anglaise, est plus que jamais divisé.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

X